À moi l’AMOA

À moi l’AMOA

Pour résumer simplement, la MOA est celui qui a besoin et la MOE est celui qui va réaliser le besoin. Dans certains cas, le besoin n’est pas simple a exprimer. Si tout le monde voit ce qu’est une maison, si on veut la décrire complètement, c’est une autre histoire. Pour cela, on passe par un intermédiaire, un architecte dans le cadre d’un bâtiment. Cette personne intermédiaire entre la MOA et la MOE est appelée l’AMOA ou Assistance Maîtrise d’Ouvrage.

L’AMOA est quelqu’un qui connaît le métier du demandeur et sait le formaliser pour celui qui va le réaliser. Un traducteur. Les informaticiens comme les bâtisseurs ont leurs langages personnels, remplis d’acronymes étranges si on n’est pas du métier. Si MOA, MOE, AMOA est commun à tous les domaines, je suis perdu lorsqu’on me parle de BA13 ou d’autres références de matériels techniques. Et je peux perdre mes interlocuteurs aussi. Mais là, je cherche à construire un plan accessible à tous le monde (cf. Article “Tour d’horizon de l’informatique”).

Monsieur Da Silva vient d’obtenir un chantier pour la construction d’une maison dans son village. José a terminé ses études. Il est embauché par son père pour l’aider sur le chantier. Certes, sa licence professionnelle lui permet d’encadrer une équipe, en théorie, mais travailler avec son père lui permettra de mettre en pratique ses enseignements. Les écoles ont tendance à sur-vendre aux étudiants des positions qu’ils peuvent obtenir. Mais, il ne pense pas devenir,  à peine diplômé, chef de chantier ou conducteur de travaux comme le promet le directeur de formation.

Le travail de Monsieur Da Silva et de son fils est de couler les fondations et de monter les murs. Bien qu’ils connaissent monsieur Dousset, le futur propriétaire de la maison, celui-ci s’est tourné vers un architecte pour réaliser son projet de maison. Une maison représente un chantier, un projet, un peu plus complexe qu’une piscine. Différents corps de métiers sont engagés dans ce projet : maçons, charpentiers, couvreurs, électriciens,  plombiers, …. Il est difficile de couvrir tous les corps de métier. C’est le rôle de l’architecte d’orchestrer cela. En gestion de projet, l’architecte est donc vu comme un AMOA, l’intermédiaire entre le client et ceux qui réalisent.

Chaque corps de métier enchaîne sa mission. Celle-ci est contrôlée par l’architecte qui valide les mises hors d’eau et hors d’air. Ensuite d’autres corps de métier s’enchaîneront pour réaliser l’intérieur de la maison.

C’est un peu la même situation qu’Olivier rencontre lors de son stage de troisième année. Dans un monde idéal, un stage en informatique est encadré par deux tuteurs de stage. L’un côté entreprise, l’autre côté école. Les maîtres de stage se sont mis d’accord sur le sujet à traiter, un développement à usage interne à l’entreprise. Côté entreprise, le maître de stage défini le cadre du projet. Il agit en MOA. Il peut aussi prendre un rôle d’AMOA si le stagiaire est intégré à une équipe et affecté à une partie du projet. Côté école, le maître de stage peut conseiller ou apporte une méthode au stagiaire. Il n’a qu’un rôle de conseil.

Dans le cas d’Olivier, le stage porte sur la gestion des congés des équipes de l’entreprise. Son application devra s’intégrer dans le portail interne. Il s’agit bien d’un projet interne, proposé par le directeur de la société, donc le MOA. Son maître de stage côté entreprise, monsieur Durand (AMOA), le conseillera. Il organisera des réunions avec un groupe d’utilisateur afin de permettre à Olivier de recueillir le besoin, puis de présenter une solution métier. Ensuite Olivier enchaînera sur les spécifications et les développements techniques. Les développements terminés, les phases de tests et de recette réalisées, Olivier présentera la solution finale aux utilisateurs et livrera l’application et la documentation.

Je reconnais, je suis un peu trop sérieux dans mes premiers articles. Mais plus les intermédiaires vont s’enchaîner et plus les situations tordues vont se multiplier. Là, nous n’avons encore que trois types d’acteurs et je considère encore que les intervenants font de leur mieux pour que le projet réussisse. Plus un projet est important et plus il y a d’intermédiaires entre celui qui exprime le besoin et celui qui réalise le besoin.

Vous pouvez trouver des livres et films qui traitent de ce problème de compréhension dans le domaine de la construction. Je vous conseille de lire ‘Vous plaisantez, Monsieur Tanner’.

Tout informaticien a aussi son lot d’anecdotes. Personnellement, en tant que MOE j’ai déjà reçu d’une AMOA un dossier de spécifications qui tenait sur un post it. C’est comme si en demandant à l’architecte les plans de la maison, monsieur Da Silva recevait un dessin fait par une fillette de 4 ans. Si on a de l’expérience et si on demande beaucoup d’explication, on s’en sort.

Laisser un commentaire