Les toxiques : conclusion …

Les toxiques : conclusion …

Je vous ai présenté 7 personnalités toxiques au cours de cet été. Bien que très différentes dans leurs comportements, elles ont en commun, en plus de la faculté de rendre la vie au travail invivable, cette capacité de ne jamais se remettre en question. Ils se comportent ainsi depuis leur plus tendre enfance et cela leur a réussi même dans le monde professionnel avant qu’ils ne croisent votre chemin.

Un toxique n’est pas toujours d’un seul groupe. Il peut cumuler plusieurs classes. Le dingue/jaloux est un psychopathe très dangereux. Le lâche a aussi de fortes propensions à la jalousie. Un lâche/colérique est un spectacle à part entière, capable de feindre la plus grande humilité face à son chef, avant d’exploser devant ses subordonnées en racontant à quel point il le déteste. 

Il faut comprendre que les toxiques se connaissent et se reconnaissent entre eux. Ils connaissent leur influence négative et ne vont donc pas se parasiter. Leur toxicité n’est pas égale à leur somme mais à leur produit. Deux personnalités peu toxiques peuvent produire un contexte parfaitement invivable. Ils peuvent trouver des synergies qui leur permet d’amplifier leur influence néfastes. 

Ne croyez donc pas que, soudain, ils vont changer. Si les prises de consciences existent, elles sont minoritaires dans le monde réel. Vous pensez mes propos négatifs, mais au contraire, je veux vous préserver de grandes désillusions. Comme on dit dans mon pays, lorsque la jeune mariée est une vieille catin, les larmes du cocu coulent pour rien. Alors ne soyez pas les cocus de la situation et réagissez avant qu’il ne soit trop tard. 

L’erreur que nous commettons dans notre société est de vouloir apparaître ‘normaux’. Quelqu’un de triste, mal dans sa peau, fait fuir les autres. C’est pour cela que nous ne mettons pas en avant nos difficultés et nous offrons souvent un visage heureux qui cache les vrais problèmes. Nous accumulons alors les contrariétés et refusons de voir les signaux d’alerte, jusqu’à la rupture. Seulement, à ce moment là, il n’est plus possible de revenir à un état normal.

Il aurait fallu agir avant. Oui. Mais comment ? 

Si vous êtes victimes de toxiques, le mieux est de le signaler, de le faire constater par un maximum de personnes. Ils cherchent à vous isoler. Soyez plus intelligents qu’eux. À un responsable qui vous donne des consignes orales, demandez lui par mails, avec copie à l’équipe de vous valider les points de sa demande. À un jaloux qui remet en cause vos outils, demandez à votre direction votre fiche de poste et les moyens attendus pour remplir votre mission. Ne restez jamais passif. 

Si vous rencontrez des personnalités toxiques, tant qu’elles ne s’intéressent pas à vous, restez loin d’elles. Si vous les voyez dénigrer un collègue, ne rentrez pas dans leur jeu. Ignorez-les. Si leur victime se défend, elles sont capables de mettre sur votre compte les ignominies proférées entre elles. 

Si vous voyez des collègues en souffrance signalez-le, non pas à vos supérieurs, mais à vos représentants du personnel. Parfois l’entreprise met en place un numéro de téléphone pour prévenir des risques psycho-sociaux (RPS), mais s’agissant d’une prestation privée le risque est qu’elle soit détournée par l’employeur pour se séparer des employés en souffrance et non pour écarter leurs bourreaux. 

Quelque soit le type de toxique que vous rencontrez, vous ne vous en sortirez pas seul. Et si vraiment cela ressurgit négativement sur votre vie personnelle, il vaut mieux poser votre orgueil de côté et changer de travail. Nous n’avons qu’une vie … alors autant ne pas la gâcher pour des minables.  

Laisser un commentaire