A la recherche de la config parfaite …

Prenons un informaticien de base. Il a besoin d’un minimum d’équipement pour exercer sa profession. Le travail se déroule généralement derrière un bureau. Certes, on peut trouver des originaux qui se posent à une table de café, mais pour réfléchir sur des problèmes parfois complexes, le silence et une position confortable semblent meilleurs. Un open space avec des collègues dans la même situation est acceptable si on a un casque. 

Les magasins de fournitures de bureau permettent d’équiper son lieu de travail avec un confort inégalé. Cela dépend de vos moyens. Vous pouvez avoir un bureau de ministre avec le dernier fauteuil de gamer. Maintenant, un tabouret ergonomique, une planche et deux tréteaux dans le garage de ses parents peut être aussi un cadre de travail acceptable, tant que le calme est présent. 

Pour la localisation, c’est fait. Penchons nous sur la ‘machine’. L’informaticien travaille avec un ordinateur. Le métier d’informaticien est extrêmement varié. Sinon, je n’aurais pas écrit 156 articles avec pourtant ce sentiment de survoler mon domaine. Secrétaires, comptables, journalistes, … travaillent avec un ordinateur. Dans le cas d’un informaticien, l’usage en est différent. 

Certes l’informaticien consomme des services depuis son ordinateur. Mais c’est pour son métier premier qui est de créer des services à destination d’utilisateurs finaux. Il s’agit d’une commande, plus ou moins artistique en fonction de la demande de son commanditaire. Et pour cela, il lui faut cette ‘machine’. 

Analysons un peu la bête. Il s’agit d’une boîte qui renferme la carte mère, le processeur, la mémoire vive, le disque dur, … Pour chaque élément cité (et non cité), il existe des références variées provenant de différents constructeurs. Chaque informaticien pourrait avoir un ordinateur construit suivant son besoin ou son envie. En pratique, l’idée est d’avoir l’ordinateur le plus efficace pour réaliser son travail rapidement. 

Enfin, comme le dit la publicité, sans maîtrise, la puissance n’est rien. Même avec la dernière Citroën et une équipe technique de pointe, il est peu probable que vous deveniez champion du monde des rallyes si vous n’avez pas consacré votre vie au pilotage. Configurer un Mac Pro à 63 000 € ne vous aidera pas à créer le logiciel de la décennie. Cela fait cher la râpe à fromage. 

Si les entrailles de la bête sont modifiables à l’envie, il en est de même pour les périphériques. Écrans, souris, claviers, casques, … les références ne manquent pas et s’adaptent à chaque besoin. Nous sommes tous différents. Il peut en être de même pour nos compagnons numériques. Même les fans de tuning sont servis avec la possibilité d’intégrer partout des barres de leds pour éclairer son précieux.

Suivant le budget et les préférences, chaque informaticien trouvera sa configuration idéale. Certains préfèrent les portables, moins puissants mais silencieux et faciles à transporter. D’autres ne jurent que par les configurations dont chaque composant a été sélectionné sur des sites comme materiel.net ou ldlc.com. Comme tout passionné de mécanique, ils peuvent changer chaque pièce à l’envie. 

Avec un tel équipement, il est possible alors de réaliser sa mission de manière efficace et confortable. Enfin, cela est vrai si l’informaticien travaille en Freelance. Pardonnez c’est anglicisme, je voulais dire ‘Si l’informaticien travaille en indépendant’. Il est alors responsable de son matériel. Il doit donc mettre en place des mesures de redondance pour continuer son activité en cas de sinistre. 

Par contre, si l’informaticien travaille pour le compte d’une société, ce dernier point de continuité d’activité va modifier son poste de travail. Adieu liberté de choix et bonjour contraintes étranges. 

J’ai de la chance !!!