Noël 3.0

Noël 3.0

En ce début décembre, les elfes avaient décidé de faire la grève. Pendant que leur patron se la coulait douce 364 jours par an, eux devaient répondre aux courriers, fabriquer les jouets, s’occuper des rênes …
Cette fois-ci le vieux barbu se débrouillerait tout seul.

Il est vrai que le métier avait changé en 50 ans. Avant les enfants attendaient un petit jouet en bois, un album de leur héros préféré, un conte lu par leurs grands parents. Et il y avait moins de monde sur Terre. Les elfes avaient le temps d’étudier leurs dossiers ‘enfant sage’ et de réaliser leurs demandes.

Mais de nos jours, tous voulaient la dernière console de jeux vidéos, la figurine parlante du dernier héros à la mode, … plastique et électronique. Et ils ne semblaient plus très sages, la récompense venant souvent sans effort. Et le patron avait pris le même pli. Alors cette année, qu’il se dém…

Devant l’ultimatum elfique, le vieux barbu repliqua. « Puisque vous vous plaignez et que vous ne vous mettez pas à la page, je me passerai de vos services. ». Et il appella ses amis Bill Gates, Jeff Bezos et Elon Musk. Ces derniers, toujours à l’affût d’un bon coup médiatique, rappliquèrent illico.

Bill créa une base de données avec tous les enfants du monde. Ses experts en Big Data n’eurent aucun problème à distinguer les enfants méritants des autres. Ainsi, il fallut guère de temps pour déterminer les cadeaux à déposer au pied de chaque sapin. Le mécène se proposa d’ajouter d’une console XBox à tous les petits américains.

Jeff proposa de mettre ses entrepôts à disposition. Répartis dans le monde entier, ils pouvaient livrer en moins de 24 heures n’importe quelle habitation. Ses employés ‘robots’ étaient infatigables et plus efficace que des elfes. Quelle que soit la commande, Jeff pourrait y répondre.

Elon trouva que les rênes, c’était d’un autre temps. Son modèle Tesla Roadster apportait un autre une conduite autonome, dans des conditions confortables et le tout électrique rendait la livraison plus propre. Il en avait d’ailleurs un en orbite. La remorque de jouets serait tirée par le camion Tesla.

La femme du livreur du 25 décembre s’inquiéta. Les trois milliardaires ne sont pas connus pour faire de cadeaux. Qu’allez bien coûter leur intervention ? Si on peut payer les elfes en chocolat chaud et en bonheur d’enfants, la matrone doutait que ces biens simples leurs conviennent.

Bill se voulut rassurant. Le don de ses consoles lui assurerait une hégémonie dans la guerre face à Sony et big N. Et chaque jeu supplémentaire acheté lui permettrait de revenir dans ses frais. Quand à l’expertise Big Data, les données sont l’or du XXIème siècle. Cette base de données des enfants sages serait vite valorisée. 

Jeff ne semblait pas non plus inquiet. Certes, il perdrait beaucoup d’argent sur la nuit du 25 décembre, mais c’était une publicité fantastique. Le logo de sa société trônerait dans chaque foyer de ce monde. Et le chiffre d’affaire sur les autres jours de l’année profiterait de cette opération de communication. 

Elon voyait lui aussi l’aspect publicitaire. Mais plus que cela, il adorait les défis. Et puis, cela marquerait la suprématie de ses technologies. Voitures, camions, fusées, satellites mis en commun pour le bonheur des enfants comment des gens pourraient encore prétendre sur Twitter qu’il est opportuniste. 

C’est ainsi que nos trois bienfaiteurs aidèrent le père Noël.

Les commentaires sont clos.